Accueil > - Compléments nutritionnels > BEAUTE / HYGIENE

100 CAPS VEG HUILE BOURRACHE
   
15,02 €
 
 
Description

L'huile de bourrache est une source d'acide gamma-linolénique (AGL), une substance qui fait partie de la famille des acides gras oméga-6. Pour en savoir plus, consulter notre fiche Oméga-3 et oméga-6.
La bourrache est originaire de Syrie et, en arabe, son nom (abu rach), signifie « le père de la sueur », une allusion évidente à ses propriétés sudorifiques. On trouve des traces de son usage dès le premier siècle de notre ère. En raison de ses propriétés et de son action diurétique, on a souvent utilisé la bourrache comme dépuratif. On l'a également employée pour donner « du bonheur et du courage » et pour stimuler la lactation.
Traditionnellement, les jeunes feuilles étaient consommées en salade ou dans les soupes et on a utilisé les fleurs pour donner une saveur rafraîchissante au vin. Les parties aériennes entrent parfois dans la composition de produits cosmétiques.
Malgré une croyance traditionnelle voulant que la bourrache puisse aider à combattre la dépression qui peut accompagner la ménopause, rien dans la composition de la plante ne permet de justifier une telle allégation.
Bien que l'huile de bourrache soit une bonne source d'acide gamma-linolénique (AGL), un acide gras oméga-6, c'est huile d'onagre qui domine actuellement le marché comme source d'AGL. L’huile de bourrache renferme pourtant de 20 % à 26 % d’AGL, tandis que l’huile d’onagre en contient de 7 % à 10 %.
Recherches
haut
Arthrite rhumatoïde. Au cours de deux études à double insu ayant porté en tout sur 93 sujets, on a constaté que la prise quotidienne de 1,4 g d’AGL (6 g d’huile de bourrache)1 ou 2,8 g d’AGL (12 g d’huile de bourrache)2 pouvait soulager les symptômes de cette maladie : diminution de l’enflure et de la sensibilité des articulations. Malgré le faible nombre d’études et de participants, les auteurs de plusieurs synthèses reconnaissent que l’huile de bourrache peut avoir une certaine utilité pour soulager les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde3-5. On pense que l’AGL qu’elle contient agit de façon positive sur les médiateurs de l’inflammation.